Un journaliste congolais emprisonné pour avoir “insulté” le gouverneur de la province

78627279 103782461113373 3464273969018830848 O 0

Reporters sans frontières (RSF) rejoint Journalist in Danger (JED), son organisation partenaire en République démocratique du Congo, pour demander la libération immédiate et sans condition de Dek’son Assani Kamango, journaliste détenu à Kindu, la capitale de la province orientale du Maniema, pour rien de plus qu’un article contenant des critiques du gouverneur.

Kamango , qui travaille pour la radio Omega de Kindu et dirige le site d’actualités Actualités Maniema , a été arrêté le 7 février et transféré à la prison principale de Kindu, où il est détenu pour “insulte à l’autorité provinciale”.

Selon les informations obtenues par JED , le gouverneur a porté plainte contre Kamango au sujet d’un article énumérant une série de critiques de membres du parlement provincial qui l’ont élu gouverneur.

«Cette dernière arrestation et détention prolongée d’un journaliste montre que, sans mesures fermes de la part des plus hauts dirigeants politiques du pays, toutes les déclarations en faveur de la liberté de la presse ne suffiront pas à réduire le nombre encore très préoccupant d’abus contre les professionnels des médias en RDC », A déclaré Arnaud Froger, chef du bureau Afrique de RSF

“Nous demandons la libération inconditionnelle de ce journaliste, qui ne devrait pas être emprisonné, et nous réitérons notre appel à un moratoire urgent sur les arrestations de journalistes en rapport avec leur travail, en attendant une réforme législative qui abolisse les peines de prison pour les délits de presse.”

Dans un rapport publié le 23 janvier, JED a décrit la première année de président de Félix Tshisekedi comme “inquiétante”, avec près de 100 abus de toutes sortes contre des journalistes et des médias, dont 14 cas de journalistes arrêtés et détenus pour des périodes variables. Comme JED, RSF regrette que le nouveau gouvernement n’ait pris aucune mesure politique, judiciaire ou sécuritaire significative pour sécuriser le travail des journalistes.

Lorsque RSF et JED ont rencontré conjointement le président Tshisekedi en marge du Forum de Paris sur la paix le 12 novembre, il a exprimé son soutien à l’idée d’un moratoire sur les arrestations de journalistes dans le cadre de leur travail en attendant une refonte de la loi sur la presse de 1996. RSF et JED l’ont également exhorté à adopter rapidement un mécanisme de protection des journalistes, dont la première étape serait de nommer un réseau de points focaux dans les agences gouvernementales et les ministères concernés par la liberté de la presse.

La RDC est classée 154e sur 180 pays dans l’indice mondial de la liberté de la presse 2019 de RSF .

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts
Total
1
Share