Rupture de la coalition : La lucha invite Felix Tshisekedi à assumer ses responsabilités

Lucha RDC-Afrique

Au crépuscule des consultations présidentielles, le Mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) hausse le ton. A l’affiche lors d’une conférence de presse tenue hier lundi 23 novembre dans la commune de Lingwala, les porte-étandards de Lucha ont tenu à dévoiler leur positions sur l’avenir de la coalition au pouvoir..

Face à la presse, Felly Kongawi, l’un des tenors de ce mouvement citoyen a invité le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, à assumer ses responsabilités sur l’avenir de la coalition au pouvoir (FCC-CACH) et à ne pas engager le peuple congolais. Il estime, en effet, que cette coalition est le fruit d’un deal avec l’ancien Chef de l’État, Joseph Kabila.

Reçue par le Chef de l’État parmi les forces vives de la nation dans le cadre de ses consultations, la délégation de la Lucha s’est prononcée sur les différents enjeux de l’heure au regard de la situation socio-économique du pays.

« Concernant la coalition, la Lucha a fait savoir au président de la République que la question sur la rupture ou pas de la coalition n’engageait que lui seul. Qu’il n’avait forcément pas besoin de consulter le peuple avant, car ladite coalition est la conséquence logique d’un deal privé, dont lui seul et son partenaire, Joseph Kabila, maîtrisent les tenants et les aboutissants. Cela ne doit pas être la clé de la prise en otage du peuple congolais», a lâché Felly Kongawi.

HALTE AUX AGENCES ATTACHÉES À LA PRÉSIDENCE!

Dans la foulée, le Mouvement citoyen a salué le travail réalisé par l’Inspection générale des finances (IGF). Il a appelé la justice congolaise à initier des enquêtes indépendantes sur les personnes accusées de détournements des deniers publics.

Dans la même optique, cette composante de la Société civile a émis le vœu de voir supprimer toutes les agences et coordinations attachées à la présidence de la République, sous dépassements budgétaires continus».

La Lucha a également abordé la question des sauts-de-mouton, d’autant plus que la population kinoise éprouve d’énormes difficultés pour se déplacer. D’une part, elle exige la mise en service des sauts-de-mouton, déjà achevés, et de l’autre, la célérité s’agissant de ceux en chantier. Ce, après bientôt deux ans des travaux.

Par ailleurs, la Lucha demande au ministre de PT-NTIC de surseoir sa décision sur la taxe sur le téléphone mobile «RAM» pour deux raisons. D’abord, la mesure doit au préalable passer au Parlement. Ensuite, elle doit s’adapter au contexte de crise économique que traverse le pays.

La Lucha fustige, enfin, le manque d’intérêt des gouvernants sur la campagne en faveur du rapport Mapping.

Total
3
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article
Sheka Proces 20 0214 Jpg 640 350 1

RDC : Le chef rebelle « Sheka » condamné à perpétuité pour crime de guerre

Next Article

Affaire Passeport : La rétrocommission derrière les banques divise les ministères des Affaires Étrangères et des Finances pour le payement de 99 $

Related Posts
Total
3
Share