Remarques lors d’un briefing du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en RDC

0r8a48945

Merci, Monsieur le Président, et merci, Représentant spécial Zerrougui pour votre exposé d’aujourd’hui.

Alors que le Conseil fait le bilan de l’année dernière et se prépare à renouveler le mandat de la MONUSCO, les États-Unis sont impressionnés par les progrès accomplis par le gouvernement congolais, notamment la fin de deux épidémies d’Ebola, la condamnation d’un ancien chef de guerre du NDC et la réforme judiciaire avec la nomination de plus de femmes à des postes de responsabilité dans la justice congolaise.

Tournés vers l’avenir, les États-Unis se concentrent sur trois domaines clés du travail du Conseil en RDC: premièrement, la nécessité de progresser davantage en matière de désarmement, de démobilisation, ainsi que de réintégration et de réforme du secteur de la sécurité; deuxièmement, la mise en œuvre intégrale des réformes visant à améliorer les performances du maintien de la paix; et troisièmement, la planification stratégique du retrait et de la transition responsables de la MONUSCO.

Comme nous venons de l’entendre de notre homologue vietnamien, le désarmement, la démobilisation, la réintégration et la réforme du secteur de la sécurité sont essentiels pour une paix durable en RDC. Nous soutenons l’engagement du président Tshisekedi en faveur de la réintégration communautaire des anciens combattants, mais nous n’avons pas encore vu de cadre national de DDR. Les responsables d’abus et de violations des droits de l’homme doivent être tenus pour responsables, y compris au niveau du commandant. Les conséquences de ces retards se font sentir, par exemple, au Sud-Kivu lorsque les efforts de DDR bloqués ont abouti au retour des chefs de groupes armés au combat, et en Ituri où le FRPI présente un risque croissant.

Nous espérons également voir des progrès dans l’élaboration d’une stratégie de réforme du secteur de la sécurité nationale et une diminution sensible des violations des droits de l’homme commises par les services de sécurité congolais. Ceci est d’autant plus important que l’ONU fait état d’une détérioration inquiétante de la situation sécuritaire au Nord et au Sud Kivu.

Les États-Unis sont profondément préoccupés par la récente augmentation des attaques des forces démocratiques alliées. Trente attaques des ADF ont tué plus de 170 civils au cours des trois derniers mois seulement.

Nous exhortons l’ONU à aller de l’avant avec le retard de près d’un an dans la mise en œuvre des améliorations de la Brigade d’intervention de la force qui ont été mandatées dans la résolution de la MONUSCO de l’année dernière. Les civils congolais ont le plus souffert de ces retards. Nous nous attendons à ce que les améliorations FIB soient mises en œuvre immédiatement et nous nous félicitons de l’engagement de l’ONU envers le système de préparation des capacités de maintien de la paix pour la génération de forces, y compris la hiérarchisation des unités au niveau de préparation au déploiement rapide.

Nous pensons que des progrès sur ces deux priorités sont essentiels pour une paix durable en RDC, ainsi que pour le retrait et la transition responsables de la MONUSCO. Dans cet esprit, les États-Unis se félicitent de la stratégie conjointe ONU-RDC et de son calendrier pour la sortie de la MONUSCO du Kasais et du Tanganyika. Nous sommes encouragés de voir le Groupe de travail intégré sur la transition dans le Kasaï et le programme conjoint d’appui à la réforme de la justice des Nations Unies.

Mais en même temps, nous avons été déçus de ne pas voir plus de progrès vers les objectifs détaillés dans la résolution de la MONUSCO de l’année dernière ou des repères plus spécifiques dans les recommandations de cette année. Nous espérons voir le développement futur d’indicateurs et de calendriers plus spécifiques et mesurables pour une paix et une sécurité durables dans les Kivus et en Ituri. Nous exhortons également la MONUSCO à commencer la transition des tâches programmatiques vers l’équipe de pays des Nations Unies et le gouvernement congolais, ce qui permettrait à la mission de se concentrer sur les tâches difficiles de stabilisation, de DDR et de RSS qui ouvriront la voie à une paix durable.

Enfin, étant donné le rôle important que la région doit jouer pour parvenir à une paix durable dans l’est de la RDC, nous nous félicitons du partage de la semaine dernière sur la stratégie des Nations Unies pour les Grands Lacs. Bien que ma délégation en digère encore le contenu, nous nous félicitons de l’accent mis sur le Cadre du CPS et la navette diplomatique de haut niveau par l’Envoyé spécial des Nations Unies pour les Grands Lacs pour s’engager dans la recherche de solutions politiques pour résoudre le conflit. Nous encourageons également une plus grande attention aux chaînes d’approvisionnement en minerais responsables et sans conflit dans le cadre d’une approche holistique pour lutter contre la violence et la prévenir.

Merci, Monsieur le Président.

Total
4
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article
Fb Img 1607367159117

RDC : Mystère sur la rencontre du Président Felix Tshisekedi et le Premier ministre Ilunga

Next Article
Boniface Balamage

Assemblée nationale : les plénières et travaux en commission suspendus jusqu'à nouvel ordre ( Boniface Balamage)

Related Posts
Total
4
Share