Réformes: Bussa en port-en-faux avec Kasanji sur le suffrage indirect à la présidentielle; JLB pour le suffrage universel direct dans l’objectif de renforcer la légitimité au sommet de l’Etat!

Fb Img 1600057578126
Fb Img 1600057578126

Le chairman de la CODE-JL- Bussa persiste sur sa position concernant les réformes à savoir: Le retour à deux tours de l’élection présidentielle, la révision de la loi électorale, la caution électorale, la double nationalité le seuil électoral, l’audit de la CENI, l’organisation des élections par le Ministère de l’intérieur.

Pour ces réformes: La CODE insiste beaucoup plus pour le retour à deux tours de la présidentielle afin de renforcer la légitimité au sommet de l’Etat.

En effet: La CODE n’épouse pas l’idée soit le schéma du Senateur FCC Ngoyi Kasanji, qui propose le suffrage universel indirect à la présidentielle.

Bussa en avait fait remarquer dans ses différentes déclarations; que l’idée du suffrage universel indirect de l’élection présidentielle exprimée par le Sénateur Kasanji est une idée partisane et isolée qui n’engagent pas le FCC.

De poursuivre: la CODE n’approuvera nullement cette démarche qui porte atteinte à la démocratie.

Par contre argumente Bussa: La CODE exige le respect des droits politiques acquis par la population à l’issue du référendum de 2005.

Le principe constitutionnel d’élire le Président de la République au suffrage direct doit être pérennisé à tout prix.

La CODE soutient aussi la délimitation du seuil au niveau de la circonscription électorale et le payement de la caution sur base des listes et non par rapport au candidat comme dans l’actuel loi électorale.

La CODE reste ouverte au débat sur les questions électorales qui doivent s’effectuer exclusivement au sein des institutions.

Il sied de rappeler: Bussa avait été le premier cadre du FCC qui s’était prononcé sur les réformes électorales. Au mois d’Avril 2020, via une déclaration rendue public; Bussa s’était fermement opposé à l’élection du président de la République au suffrage indirect.

Position que Bussa ne changera pas au prix de ses responsabilités au sein du gouvernement. Dans le but de sauver les acquis de l’alternance obtenue au prix du sang!