RDC : Tshisekedi fait taire les sceptiques avec des gains politiques

Wire 36732956 1607701883 323 634x422

Avec une série de victoires tactiques, le président de la RD Congo, Félix Tshisekedi, a défié les opposants qui le voyaient comme un politicien faible vivant dans l’ombre d’un père célèbre, bien que l’avenir de sa stratégie reste incertain.

Lorsque le personnage ressemblant à un ours a prêté serment en tant que président en janvier 2019, le début de son mandat n’était guère de bon augure.

Tshisekedi s’est lancé dans son discours d’inauguration, puis s’est brièvement évanoui – le résultat d’une chaleur intense et d’un gilet pare-balles lourd qu’il n’avait pas l’habitude de porter.

Pour les critiques, l’épisode embarrassant était approprié.

Pendant des années, Tshisekedi n’était connu que par l’intermédiaire de son père, le vétéran de l’opposition, Etienne Tshisekedi – et il a accédé à la présidence grâce aux résultats des élections que de nombreux membres de l’opposition ont condamnés comme faux.

Renforcer cette impression de faiblesse était l’homme qui se tenait impassible à côté de Tshisekedi lors de son investiture – le président sortant Joseph Kabila.

Wire 36732958 1607701884 460 634x421

Après avoir succédé à son père, Kabila avait dirigé le géant africain notoirement troublé pendant 18 ans.

Kabila remettre les rênes pacifiquement a été un moment exceptionnel dans l’histoire de la RDC – mais beaucoup pensaient en privé qu’il resterait le pouvoir en arrière-plan.

– Victoires –

Aujourd’hui, Tshisekedi, 57 ans, a annulé une grande partie de ce récit, impressionnant beaucoup de gens avec une stratégie à long terme pour faire sa propre marque à la présidence.

Il a commencé par expulser deux chefs de la sécurité nommés par Kabila, le chef du renseignement Kalev Mutond, et l’inspecteur général des forces armées, John Numbi, puis a nommé trois nouveaux juges à la plus haute cour de RDC.

Cette semaine, il a effectivement déchiré un accord secret avec Kabila en vertu duquel il partagerait le gouvernement avec les partisans de l’ancien président, qui détiennent la majorité au parlement.

Contrecarré par la coalition dans ses projets de faire adopter des réformes, Tshisekedi a déclaré qu’il chercherait à forger une autre majorité au pouvoir au sein de l’Assemblée nationale – ou bien il dissoudrait la législature.

Wire 36732960 1607701885 674 634x422

Jeudi, insensibles aux accusations selon lesquelles le président cherchait à imposer une «dictature», les législateurs pro-Tshisekedi, ainsi que de nouveaux alliés, ont poussé un vote obligeant la présidente de l’assemblée, Jeanine Mabunda.

Les observateurs disent que ces gains reflètent les qualités minimales de calme, de courtoisie et de capacité à créer des relations de Tshisekedi.

“Son père Etienne était têtu et fier”, a déclaré un analyste à Kinshasa. “Félix est plus diplomate, plus conciliant, mieux à l’écoute des autres.”

“(Il) semble être un homme plus calme, ancré dans le bon sens, presque un sens du compromis à la belge”, a déclaré Colette Braeckman, spécialiste de la République démocratique du Congo pour le journal belge Le Soir.

– Incertitudes –

Malgré ces gains, l’avenir des espoirs de Tshisekedi de maîtriser les leviers du pouvoir reste incertain.

Pour l’instant, Kabila semble être en retrait, bien que beaucoup pensent qu’il conserve une influence substantielle grâce à ses alliés au parlement et à des personnes nommées dans l’armée.

Ses partisans du Front commun pour le Congo (FCC) l’ont exhorté à intervenir, mais, selon les termes d’une source de la société civile, «Joseph Kabila n’est pas suicidaire».

Wire 36732962 1607701887 761 634x758

Kabila, a noté la source, avait soigneusement évité de suivre la même voie que les autres dirigeants africains – il a choisi de démissionner plutôt que de chercher de manière provocante un troisième mandat.

L’ancien président a fait une rare apparition publique vendredi dans le centre minier de cobalt de Kolwezi – mais il a refusé de parler publiquement, comme il l’a fait depuis son départ du pouvoir.

Tshisekedi, pour sa part, est clairement préoccupé par la loyauté des forces de sécurité.

La semaine dernière, avant un grand discours dimanche dans lequel il déclarait qu’il mettrait fin à la coalition, Tshisekedi a réuni les chefs des forces armées et de la police, qui, selon le porte-parole de l’armée, ont juré de rester “apolitiques”.

Il a tenu une autre réunion jeudi avec des officiers de l’armée, qui ont promis qu’ils «n’exécuteraient que ses ordres», selon la présidence.

Sur le plan diplomatique, l’effort de réforme de Tshisekedi est fortement soutenu par les principaux acteurs occidentaux de la RDC – l’ancienne puissance coloniale belge, ainsi que la France et les États-Unis.

Mais ils ont également mis en garde contre le potentiel de violence dans le pays, champ de bataille de deux guerres régionales dans les années 1990 dont l’héritage sanglant se répercute aujourd’hui dans les provinces de l’Est.

Mardi, la police a été envoyée au parlement pour mettre fin aux affrontements entre députés rivaux.

“Les incidents violents … constituent un préjudice inacceptable pour l’état de droit et les institutions congolaises”, a déclaré la représentante de l’ONU en RDC, Leila Zerrougui.

Une crise persistante “pourrait avoir de graves répercussions sur la situation économique et sécuritaire du pays”, a-t-elle prévenu.

Total
3
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article
Ceni

L'EDUCIEL sollicite l'ouverture d'une session parlementaire extraordinaire pour accélérer l'enterrinement des membres de la CENI

Next Article
Fb Img 1607774221165

Le 12 décembre 1970, Tabu Ley Rochereau devient le premier musicien africain à se produire à l'Olympia de Paris.

Related Posts
Total
3
Share