RDC : L’Organisation Internationale De La Francophonie (OIF) Relève 8 Faiblesses Dans Le Fichier électoral De La CENI

L’Organisation internationale de la Francophonie a disponibilisé son rapport final sur l’audit du fichier électoral de la Commission électorale nationale indépendante, mené à Kinshasa du 6 au 25 mai 2018 par ses experts. Dans ce document de 68 pages que Kinshasa Times a pu consulter, l’OIF énumère 8 faiblesse identifié dans le fichier électoral après son audit.

Il y a notamment, “l’absence notoire d’un système d’état civil et de recensement général de la population ; le caractère peu sécurisé de certaines pièces d’identité maintenues comme valant preuve pour l’enrôlement des électeurs et en particulier les cartes d’élève et d’étudiant”.

L’OIF considère aussi comme failles du fichier, “l’intégration de dispositions transitoires dans la loi, permettant aux détenteurs des cartes d’électeurs 2010-2011 de se réinscrire automatiquement, sans tenir compte des difficultés que ces cas particuliers avaient posées lors des précédents scrutins ; la communication par la CENI des pourcentages d’enrôlement par province, tout au long des opérations d’enrôlement, en l’absence d’estimatifs de populations électorales, engendrant ainsi des écarts importants entre les taux annoncés et les taux réels. Cette situation a conduit à de réelles difficultés d’appréciation de l’enrôlement par le grand public, en général, et par les acteurs politiques en particulier”.

Pour ces experts, “la présence d’électeurs sans empreintes à hauteur de 16,6% répartis sur l’ensemble du territoire national ; le faible niveau de contentieux sur les listes journalières en raison du déficit d’information des électeurs et la faible centralisation des données des électeurs, la très faible participation d’observateurs et de témoins des partis politiques lors des opérations d’enrôlement”, ne rassurent pas de la tenue des bonnes élections le 23 décembre 2018.

A cela, ils ajoutent “le taux élevé d’inscription des mineurs et de doublons qui devrait par ailleurs faire l’objet de sanctions et d’une remise à niveau du personnel des centres d’inscriptions dans les provinces les plus touchées par ce phénomène et en premier lieu Sankuru et Tshuapa ; les pertes de données engendrées par l’organisation d’une zone pilote en amont des opérations d’enrôlement, en l’occurrence le Nord-Ubangi”.

Dans ce même document, les experts de l’OIF formulent un certain nombre d’opérations que la CENI devra mener à moyen et à long terme pour perfectionner ce fichier électoral en vue des élections fiables, crédibles le 23 décembre 2018.

kinshasatimes | CONGOACTU

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Previous Article

Maniema : Joseph Kabila Dévoile Une Statue Lui Dédiée Et Visite L’Université Mapon

Next Article

RDC : Les Parlementaires Entre Pardon Et Réconciliation "Statut des anciens chefs d’Etat"

Related Posts
Total
0
Share