RDC: Kabila appelle le FCC à monter une “ résistance ” contre Tshisekedi

Kabila Et Fasthi

L’ancien président a accueilli des membres du parti FCC chez lui à Kingakati le 29 octobre pour discuter de la coalition avec CACH et, dans un premier temps, de l’accord qu’il a conclu avec Félix Tshisekedi. Le Rapport sur l’Afrique avait un accès exclusif à son discours.

Alors que la coalition au pouvoir est en proie à une crise totale, les membres du Front commun pour le Congo (FCC), le parti politique de Joseph Kabila, ont été invités à assister à une réunion d’urgence à Kingakati le 29 octobre.

Plusieurs personnalités importantes ont pris la parole lors de la réunion, dont les présidents des deux chambres du parlement, Jeanine Mabunda et Alexis Thambwe Mwamba, avant que l’ancien chef de l’Etat ne prenne la parole. La coordinatrice du FCC, Néhémie Mwilanya, a animé la discussion, qui a duré plus de trois heures.

Selon nos sources et documents disponibles, Kabila s’est longuement exprimé sur sa vision de la sécurité et des conditions économiques du pays qui, selon lui, «ne s’améliorent pas», avant de faire le point sur la coalition que forme le FCC aux côtés du Cap for Change de Félix Tshisekedi. (CACH) fête.

‘Ils ne partagent pas nos valeurs’

«Pour moi, le but de cette réunion n’est pas d’aborder le discours du président ou de déterminer la position du FCC sur les consultations [nationales] [que Tshisekedi a initiées le 23 octobre]. C’est l’occasion pour moi d’expliquer ce que nous pensons être la raison principale de cette crise », a déclaré Kabila.

“Que voulez-vous que je dise sur la coalition, nous sommes dans une impasse!” il ajouta. «Ma suggestion est que nous parlions en termes de résistance plutôt que de guerre parce que la résistance est légale.» Du point de vue de l’ancien président, la crise est principalement imputable au «non-respect» par Tshisekedi de leur accord ainsi que de la Constitution.

«Nos amis CACH ne partagent pas nos valeurs, comme tenir parole, par exemple. Quand je vous donne ma parole, ou la FCC d’ailleurs, c’est une parole d’honneur. Et ils n’adhèrent pas non plus aux textes. Lorsque nous prenons un engagement ou signons un accord, nous le respectons. Mais ce n’est pas ce que font nos amis du CACH », a-t-il déclaré. Kabila a également évoqué les ordres de nomination émis au sein de l’armée et de la justice, contre lesquels le FCC a constamment protesté ces derniers mois.

Total
8
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article
Boshab

Évariste Boshab : "Je n'ai pas besoin de parler de ces consultations"

Next Article
Mabunda

Le Conseil d’État notifie l’Assemblée nationale d’une requête en annulation sur son refus de démissionner

Related Posts
Total
8
Share