Politique RDC : Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi ont-ils rallie la coalition FCC-CACH

Bemba Et Moise

Plusieurs analystes estiment que la division est désormais consommée au sein de Lamuka après la décision de ce duo d’apporter leur soutien à cette cérémonie sans se référer à la position de leur label.

La cérémonie de prestation de serment de trois juges constitutionnels, hier mercredi 21 octobre au Palais du peuple peut être fondatrice de la reconfiguration de la scène politique congolaise en général et de la plateforme Lamuka en particulier. En témoigne un tweet attribué au parti politique Nouvel Elan d’Adolphe Muzito largué sur la toile.

Ce tweet fait mention des divergences observées au sein de Lamuka entre, d’une part, le tandem Muzito-Fayulu et, de l’autre, le duo Bemba-Katumbi. L’auteur du post constate avec regret qu’en soutenant cette cérémonie de prestation de serment, les porte-étendards d’Ensemble et du Mouvement de Libération du Congo (MLC) s’écartent, une fois de plus, de la position de Lamuka.

« Il faut constater que JP Bemba et M. Katumbi ont rallié le FCC-CACH derrière Félix-Antoine Tshisekedi. Ils quittent Lamuka pour avoir violé la convention sur l’état de droit, et le dernier communiqué qui préconise les réformes institutionnelles avant les nominations (CENI, CC et les autres ) », indique le tweet de Nouvel Elan.

UNE RUPTURE CONSOMMEE

Ce que nombre d’observateurs redoutaient est enfin arrivé. A savoir, le schisme au sein de Lamuka. D’un côté, l’on voit se consolider le couple Adolphe Muzito – Martin Fayulu qui incarne l’opposition au pouvoir de Félix Tshisekedi et, d’autre part le duo Katumbi-Bemba qui confirme sa proximité et sa loyauté au chef de l’Etat.

En attendant l’éventuelle réaction de Jean-Pierre Bemba et celle de Moise Katumbi, il est désormais clair que si Lamuka version originelle existe encore, c’est bien Martin Fayulu et Adolphe Muzito vont continuer à l’incarner.

La cérémonie de prestation de serment de ces trois juges constitutionnels hier aura finalement eu le mérite de clarifier la situation au sein de Lamuka. La chape d’ambiguïté qui planait sur cette plateforme née à Genève n’existe plus. On sait désormais qui est qui et qui roule pour qui.

NON RESPECT DE LA POSITION DE LAMUKA

Faisant fi de la position de Lamuka, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi ont expressément apporté leur soutien à la cérémonie de prestation de serment des juges constitutionnels, qui s’est déroulée en l’absence des présidents des bureaux de deux chambres du Parlement.

A travers des déclarations faites dans les médias, le président du Mouvement de libération du Congo (MLC) et celui d’Ensemble pour la République ont demandé aux députés et sénateurs de leur obédience de prendre part à cette cérémonie de prestation de serment.

Leur mot d’ordre a été suivi, car les élus du MLC et ceux des groupes parlementaires de l’opposition proches du chairman du TP Mazembe ont activement pris part à cette cérémonie de prestation de serment, s’offrant même à quelques ostentations sur les images diffusées par la télévision officielle.

RECIDIVE

Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi ne sont pas à leur première prise de position du genre. Après son retour de l’Europe, Moïse Katumbi a été le premier, au sein de la coalition Lamuka, à prendre acte de l’élection de Félix Tshisekedi à la tête du pays. Il a promis de s’inscrire dans ce qu’il a qualifié d’opposition républicaine.

Après moult hésitations, Jean-Pierre Bemba et son MLC lui ont pratiquement emboîté le pas. Le chairman a, dans ses différentes prises de position, légitimé l’élection de Félix-Antoine Tshisekedi au poste de président de la république, au moment où la coalition Lamuka s’était engagé sur le combat pour le rétablissement de la vérité des urnes.

Malgré les menaces du Front commun pour le Congo (FCC), qui criait à une énième violation intentionnelle de la Constitution, le président Félix-Antoine Tshisekedi a reçu le serment de trois juges constitutionnels, nommés par les ordonnances présidentielles du 17 juillet dernier. Ce, en l’absence des présidents des bureaux de deux chambres du Parlement et de nombre d’élus nationaux et sénateurs qui ont respecté le mot d’ordre de boycott donné par cette méga plateforme chère à Joseph Kabila.

Source : Forumdesas

Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article
Felix

FCC- CACH : Felix Tshisekedi va-t-il annoncer la rupture ?

Next Article
Fb Img 1603357482408

RDC : Pas de conseil des ministres ce vendredi, le chef de l'État s'adressera à la Nation

Related Posts
Total
2
Share