MINEMBWE : CE QUI DÉRANGE

Fb Img 1601903553327
Fb Img 1601903553327

Trêve d’hypocrisie. Halte à la politique de l’autruche ! La bronca consécutive à l’érection déjà programmée par le décret de 2013 de Minembwe en commune rurale couvre -mal- le sempiternel débat sur la nationalité dans les Kivus et le spectre de la balkanisation. Une polémique visiblement encore vive. Autant ne pas en rajouter.

C’est malheureusement ce que viennent de faire les officiels rd congolais. Non pas tant en commençant par Minembwe qu’en le faisant visiblement sans avoir aplani le terrain avec toutes les composantes ethniques de la région. Des consultations préalables auraient permis de dégager un consensus nécessaire à la meilleure applicabilité du décret.

En plus, suite au précédent, d’avoir organisé le baptême de Minembwe en grande pompe a heurté nombre de susceptibilités. Que le ministre de la Décentralisation, Azarias Ruberwa, officie la cérémonie va de soi. Sa présence est tout aussi normale que le serait celle d’un ministre de la Santé lors de l’inauguration d’un hôpital.

Mais, celle du gratin de l’Exécutif, de l’Armée et surtout des personnalités étrangères a, à tort ou à raison, suscité méfiance, voire hostilité dans le chef des congolais en général et les Kivutiens en particulier. Chat échaudé craint l’eau froide, renseigne un proverbe. On serait bookmaker que l’on parierait difficilement sur la présence de ce beau monde partout où seront officialisés des changements de statuts d’autres entités territoriales.

Fallait-il donner à cet événement une envergure qui dépasse justement la portée même de la mise en application du décret portant l’érection de certains territoires en communes rurales ? Poser la question, c’est y répondre. Ou presque. Or, une contre-expertise à la fois sociologique et politique aurait déconseillé pareil modus operandi.

Dans une région où les comptes des guerres identitaires, de libération, d’agression, de rapine… ne sont pas encore suffisamment soldés ou le sont mal, la forme vaut autant que le fond, l’approche autant que la solution.

Ainsi s’invite le principe de l’opportunité qui en politique, compte parmi les facteurs de légitimation d’une démarche. Il n’y a pas meilleure manière d’évaluer l’entorse à ce principe que de tendre l’oreille au feed-back qui provient de Mwenga, Fizi, Baraka, Uvira …Bref de l’écosystème sud-kivutien.

Moralité, là où le Gouvernement pensait résoudre un problème, il vient d’en créer plusieurs. Bien malin qui pourrait prédire l’issue de ce malaise dans le malaise global dans les Kivus.

Source : c-news

 

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article
Fb Img 1601895613645

RDC : Pres de 3 milliards usd non rapatries par les societes minieres au premier trimestre 2020

Next Article
445555888

Arrivée dimanche à Rabat du premier groupe des Léopards football

Related Posts
Total
1
Share