Martin Fayulu: « la croissance économique ne s’appuie pas sur des promesses »

Dans une sortie médiatique le mercredi 30 décembre 2020, le candidat malheureux à la dernière élection présidentielle de 2018, Martin Fayulu Madidi, dresse un tableau chaotique de la situation économique, sociale et politique de la République Démocratique du Congo.

Pour cet opposant congolais, le développement ne se nourrit pas de slogans et la croissance économique ne s’appuie pas sur des promesses.

Analysant le cadre macroéconomique du pays, l’opposant Fayulu est d’avis que le taux du Franc congolais sur le marché de change ne s’ajuste pas en fonction des déclarations de bonnes intentions.

« Le niveau de réserve d’échanges de la Banque Centrale du Congo ne représente que deux semaines d’importation de biens et services. Curieusement, au même moment on observe des dépassements budgétaires dans toutes les institutions. Concrètement, cela signifie que derrière le marketing d’une supposée lutte contre la corruption, les caisses de l’Etat sont saignées à blanc par un groupe d’individus venus dans une logique d’enrichissement illicite », a-t-il déclaré.

Se référant aux chiffres et les données empiriques, Martin Fayulu s’indigne que la situation du pays se soit encore considérablement dégradée durant les deux dernières années.

Par ailleurs, le président de l’ECIDE déplore l’absence d’infrastructures de base et de routes de dessertes agricoles. Ce qui a pour conséquence la difficulté dans les échanges économiques à travers le pays et au sein de chaque province.

Il fustige aussi le fait que les budgets 2019 et 2020 ne sont réalisés que de moitié.

A lui d’ajouter : « la République Démocratique du Congo est actuellement presque en cessation de paiement. Autrement dit le pays n’a pas d’argent pour payer ses créanciers internes et externes et surtout il est incapable de réaliser des investissements productifs. »

Pour cet opposant emblématique, il y a un échec cuisant sur toute la ligne et les perspectives d’avenir ne sont guères reluisantes.

Martin Fayulu reste convaincu que la RDC est en péril. Face à cette situation chaotique, il pense que le pays a besoin d’hommes et de femmes politiques en symbiose avec le peuple, qui vont mettre fin à l’absence de l’autorité de l’Etat.

 

Total
5
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article
Kibasa

"FATSHI est notre candidat en 2023. Nous allons mouiller chemise pour lui offrir sur un plateau d'Or une majorité écrasante"

Next Article
Joseph Kabila reçoit les sénateurs FCC ce samedi à Kingakati

Réunion FCC à Lubumbashi: les caciques ont reçu des ordres précis

Related Posts
Total
5
Share