Le président Tshisekedi écarte les critiques sur les généraux à l’histoire sanglante

Félix Tshisekedi

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a réfuté les critiques des violations des droits de l’homme commises par ses militaires dans les provinces agitées du Nord-Kivu et de l’Ituri .

Le chef de l’État a récemment nommé le lieutenant-général Constant Ndima à la tête du Nord-Kivu et le lieutenant-général Johnny Nkashama Luboya dans la province d’Ituri, une décision qui a été critiquée par le lobby international Human Rights Watch (HRW) .

Le duo est d’anciens chefs rebelles, et le général Ndima aurait eu un bilan sanglant à l’époque où il dirigeait une milice de guérilla, le Mouvement de libération du Congo (MLC), dans l’opération «Effacer le conseil d’administration» en 2002. Le général Luboya, en revanche , est un ancien chef rebelle du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD-Goma), soutenu par le Rwanda, et aurait supervisé les meurtres, viols et autres exactions de ses forces, selon HRW.

ndima

Suite à leurs récentes nominations, HRW note que “le profil des nouveaux gouverneurs militaires de ces deux provinces ne peut qu’accroître les inquiétudes concernant les droits de l’homme et la protection des civils”.

“L’état de siège dans l’est de la RDC ne doit pas être utilisé comme prétexte pour commettre des abus”, a déclaré l’ONG.

Cependant, il semble que les affirmations du lobby des droits aient déplu au président Tshisekedi. De retour de Kampala où il a assisté à l’ investiture du président Yoweri Museveni , il a atterri à Lubumbashi, la deuxième ville de RDC dans la province du Haut-Katanga. Ici, il a répondu avec véhémence aux critiques de HRW et de sections des médias internationaux.

«Ceux qui criaient qu’il y avait 12 millions de morts ou même 20 millions de morts à l’Est, maintenant que nous avons agi et que nous avons nommé des soldats, les sorciers semblent de nouveau dire que ces officiers ont commis des violences. Pourquoi n’ont-ils pas dit que lorsqu’ils ont pris leurs fonctions? Ce n’est qu’après leur nomination que les voix s’élèvent pour contester leur nomination », a-t-il dit.

“Je ne les ai pas écoutés. Les lieutenants généraux nommés sont congolais. Ils travailleront pour les intérêts des Congolais. Ne vous laissez pas manipuler par ceux qui veulent que le sang des Congolais continue de couler. J’ai promis de restaurer la sécurité dans tout le pays », a ajouté M. Tshisekedi.

Prise de contrôle militaire

La présidence de la RDC a ordonné la semaine dernière à des militaires et des policiers de prendre le contrôle des autorités civiles des provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Cela s’est produit après que les zones volatiles ont été déclarées assiégées pendant 30 jours à compter du jeudi 6 mai.

“Pour répondre à la situation pendant l’état de siège, les gouvernements provinciaux de l’Ituri et du Nord Kivu, et les entités de ces provinces, seront remplacés par des bureaux des forces armées de la RDC ou de la police nationale”, a indiqué le gouvernement.

kivu

De plus, les tribunaux militaires remplaceront les organes civils dans ces provinces pendant cette période.

Selon les Nations Unies, les provinces ont subi des affrontements entre des groupes armés pour le contrôle du territoire et des ressources naturelles, les civils ayant été les plus touchés ces dernières années.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Previous Article
whatsapp image 2021 05 13 at 09.57.14

Kinshasa : un élément de la police abattu par les manifestants musulmans

Next Article
whatsapp image 2021 05 13 at 15.44.40

RDC : les quatre temps forts du message de Félix Tshisekedi aux Lualabais

Related Posts
Total
0
Share