Le président Felix Tshisekedi appelle à doter la brigade d’intervention d’unités spéciales

Pour ce faire, le Président congolais plaide pour affecter à la Monusco des soldats rompus à la guerre asymétrique qu’imposent les groupes armés à l’Est du pays.

Ramener la paix à l’Est du pays reste une des priorités du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Il l’a redit par visioconférence dans son allocution à la 75ème Assemblée générale des Nations Unies qui s’est ouverte hier mardi 22 septembre à New-York aux USA.

“En attendant que nous puissions nous convenir sur les contours définitifs de l’avenir de la Monusco sur le territoire national, le vœu de la République démocratique du Congo est de voir pendant cette période de préparation à la sortie, le renforcement de la collaboration sur le terrain au sein des unités de la Monusco et avec les FARDC afin que la puissance de feu attendue pour protéger la population et restaurer la paix, la sécurité et l’autorité complète de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national soit effective “, a indiqué hier le Président Félix Tshisekedi.

Le Chef de l’Etat fait savoir que sa détermination est de “redonner le plus tôt possible le sourire aux populations de l’Est qui vivent dans l’insécurité depuis plus de deux décennies”. Pour ce faire, explique FATSHI, la RDC s’inscrit en faveur du principe d’accroître la capacité opérationnelle de la Brigade d’intervention. Ce, en dotant cette dernière des unités spécialisées dans la guerre asymétrique que les forces négatives imposent au pays à l’Est.

SOLUTIONS NON-MILITAIRES

La solution aux groupes armés n’est pas que militaire. Selon le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, le Gouvernement examine également, avec l’aide de ses partenaires, les options pour des solutions non-militaires tant pour les groupes armés nationaux qu’étrangers “afin de résoudre et d’en finir avec ces conflits armés et de ramener durablement la paix à l’Est de la RDC et dans la région”.

Le Président Tshisekedi affirme que ces groupes armés disposent des moyens qui proviennent de l’exploitation illicite des ressources naturelles écoulées en dehors de la RDC, à travers des réseaux bien établis et, “sans aucun doute”, avec l’aide de certains souteneurs. ” Nous ne pouvons pas, en effet, arriver à neutraliser les groupes armés sans éradiquer leurs sources d’approvisionnement et d’appui que sont ces réseaux et autres souteneurs “, insiste FATSHI qui lance en même temps un appel à la communauté internationale afin que des sanctions appropriées, ciblées et efficaces leur soient appliquées “.

 

Total
6
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article
Eteni

Le ministre de la santé Eteni Longondo lance le projet de lutte contre la malnutrition chronique dans le Kwango

Next Article
Kk 14

Lancement des travaux d’élaboration du budget de la ville de Kinshasa exercice 2021

Related Posts
Total
6
Share