FCC : six sénateurs appellent à la demission de l’équipe Mwilanya

Francine Muyumba
Francine Muyumba

Ce qui était jusque-là un murmure commence à être exprimé à haute et intelligible voix. A travers un mémorandum adressé à Joseph Kabila, six sénateurs membres du Front Commun pour le Congo (FCC) appellent à la démission de l’équipe qui dirige actuellement cette méga plateforme. Ils attribuent la débâcle du FCC, de la présidentielle de 2018 à la déchéance du bureau de l’Assemblée, au leadership déficitaire de cette équipe dirigeante.

 

Ces sénateurs, dont l’ancienne présidente de la jeunesse panafricaine, Francine Muyumba ne jurent que par la structuration et la mise en place d’une nouvelle coordination du FCC, composée de personnes “consciencieuses, éprises de valeurs républicaines et en phase avec les enjeux de l’heure “.

 

Pour faire une vraie remise en question, évaluer la gestion de l’actuelle coordination et tirer toutes les conséquences de récents évènements survenus sur la scene politique congolaise, ces élus des élus proposent la convocation urgente de la conférence des présidents du FCC, élargie aux autres personnalités politiques parmi lesquelles les élus.

 

MANQUE DE STRATEGIES

 

Ces sénateurs membres du FCC accusent l’équipe dirigée par l’ancien directeur de cabinet du président de la République honoraire, Joseph Kabila, de briller par un manque de stratégies politiques devant répondre aux attentes et aspirations de la population congolaise.

 

Ils expliquent les dissidences observées actuellement au sein du FCC par les conflits récurrents de leadership qui ont élu domicile à l’interne de cette plateforme chère au sénateur à vie. Ces élus au suffrage indirect ont, à travers ce mémorandum, énuméré des raisons qui, à leur avis, participent aux multiples échecs enregistrés par cette plateforme.

 

Ces membres de la chambre haute du Parlement accusent l’actuelle coordination du FCC de favoritisme, d’autoritarisme, de népotisme, de mauvaise gestion, de clientélisme et d’autant d’autres vices. Ils affirment qu’elle procède à la sélection ” irrationnelle ” des membres devant participer aux réunions, évitant d’associer ceux qui sont susceptibles d’émettre des idées contraires.

 

CONCENTRATION DE POUVOIR

 

Les contestataires dénoncent, par ailleurs, la concentration de toutes les décisions du FCC entre les moins d’une poignée de personnes qui travaillent pour leurs avantages personnels au détriment de l’intérêt général. Ils crient à la prise en otage du FCC par l’équipe Mwilanya qui, indiquent-ils, se caractérise par l’attribution des postes clés aux membres des familles, amis et proches au détriment des camarades qui militent réellement au sein de cette famille politique.

 

Pour ces sénateurs, toutes ces dénonciations ont fait l’objet de recommandations lors des retraites politiques du FCC tenues à la ferme de Kingakati, à Mbwela Lodge à Kisantu et à Safari Beach, dans la partie Est de la capitale congolaise.

 

” Nous constatons que, fort malheureusement, aucune de ces recommandations n’a été exécutée par la coordination du FCC qui préfère plutôt privilégier les intérêts partisans “, ont-ils conclu.

 

Après le discours du chef de l’Etat, du dimanche 6 décembre, annonçant la fin de la coalition FCC-CACH et la déchéance du bureau de l’Assemblée nationale par voie pétitionnaire, plusieurs cadres de la plateforme de Joseph Kabila ont haussé le ton pour dénoncer la faiblesse de leurs dirigeants.

Total
8
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article

Léon Kengo wa Dondo dément son appartenance à l'union sacrée

Next Article
Général Sylvano Kasongo

Police Nationale : des familles priées de récupérer leurs proches souffrant de démence

Related Posts
Total
8
Share