Dossier ACCESS BANK : les 30.000 USD perçus par l’APLC le 10 décembre n’ont été consignés au Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe que 5 jours après

Fb Img 1608560856907
Fb Img 1608560856907

C’est une nouvelle révélation dans le dossier ACCESS BANK contre APLC (Agence de prévention et de lutte contre la corruption).

Selon un procès-verbal du Parquet général près la cour d’Appel de Kinshasa Gombe, c’est en date du 15 décembre 2020 que le directeur juridique adjoint de l’APLC, Bashizi Bishako, est allé consigner au Parquet générale près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe les 30.000 USD perçus le 10 décembre 2020 à 21h00 au guichet d’ACCESS BANK comme caution à la liberté provisoire accordée à Mr Arinze, directeur général de cette institution financière qui faisait l’objet d’une enquête de blanchiment des capitaux.

Il en résulte qu’alors que l’APLC a conservé cette caution pendant 4 jours avant d’aller le remettre devant les instances judiciaires en l’occurrence le Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe.

Rappelons que c’est l’avocat conseil d’ACCESS BANK qui a eu à dénoncé les faits dès le 11 décembre dans une correspondance adressée au Procureur général de la Cour de cassation sur ce qu’il a qualifié de « procédures cavalières » de l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption.

A (RE) lire: L’avocat d’ACCESS BANK dénonce les procédures cavalières de l’Agence de prévention et de lutte contre la corruption

Cette agence, dans son enquête sur un présumé blanchiment des capitaux à la banque commerciale ACCESS BANK, a convoqué et audité le DG d’ACCESS BANK le 10 décembre. Pour éviter une détention provisoire, le DG d’ACCESS BANK a accepté de payer 30.000 USD comme acompte sur les 50.000 USD exigés pour sa liberté provisoire. Mais, son passeport a été confisqué par les agents de l’APLC.

Ces méthodes ont été dénoncées par les ONG ACAJ (Association congolaise pour l’accès à la justice) et UNIS (Réseau panafricain de lutte contre la corruption). ACAJ a qualifié des « dérapages inacceptables » ces faits.

Le vendredi 18 décembre, l’Avocat général du Parquet général de Kinshasa/Gombe a convoqué le Coordonnateur de l’APLC, Ghislain Kikangala, avant de le relaxer 24 heures après, soit le samedi 19 décembre.

Total
5
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Article
Img 20201221 Wa0004

Diplomatie : Ouverture d'un consulat général de la RDC à Dakhla au Maroc

Next Article
Kabila Fcc 2422019

RDC: le camp de Kabila continue de se déchirer et exige un changement à la tête du FCC

Related Posts
Total
5
Share