Depuis son départ du MLC : Thomas Luhaka laisse toujours des mauvaises traces après son passage dans un ministère

157847304271022941 Compressed
157847304271022941 Compressed

Le ministre de l’ESU (Enseignement supérieur et universitaire), Thomas Luhaka, laisse toujours des mauvaises traces après son chaque passage sur un ministère. Ce qui vient de se produire à l’Unikin (Université de Kinshasa), où des étudiants ont manifesté avant-hier, le lundi, et hier, mardi, pour exiger la baisse des frais académiques fixés à plus de 450.000 Fc, alors que ces étudiants avaient payé l’année académique dernière près de 250.000 Fc.

On se demande pourquoi alors augmenter les frais académiques à une institution universitaire où les étudiants ne perçoivent, depuis plusieurs décennies, de bourse.

On ne peut que déplorer, à l’heure actuelle, de nombreux dégâts, même de perte en vies humaines. Outre la succursale de la BCDC (Banque commerciale du Congo) installée au campus de l’Unikin et plusieurs autres bâtiments, notamment celui des professeurs, un policier a succombé, hier mardi à la suite des jets des pierres dont il a été victime de la part des étudiants. D’autres policiers sont blessés.

Le ministre de l’ESU Thomas Luhaka a cédé aux chantages des professeurs, eux qui ont étudié pour la plupart grâce à la bourse de l’État, surtout qu’ils étaient venus, nombreux d’entre eux, des villages et n’avaient déboursé aucun rond pour leurs études. Ils veulent exiger pour le moment aux étudiants des frais académiques colossaux, alors qu’ils n’ont pas de bourse et sont issus, pour la plupart des familles modestes.

Depuis qu’il a été chassé du MLC (Mouvement pour la Libération du Congo), Thomas Luhaka n’a cessé de distinguer dans des comportements deplorables. Une fois aussi, alors qu’il était ministre des Infrastructures, des sources ont révélé à cette époque, qu’il a été obligé de vendre une de ses parcelles pour finaliser un des chantiers dont les fonfds des travaux étaient disparus.

A t-il l’intention de faire échouer Félix Tshisekedi pendant son mandat à la tête de la République ? La question reste posée. Seule la fin des choses éclairera les Congolais.
Pour l’heure, ce ministre de l’ESU, en complicité avec le commissaire divisionnaire adjoint de la police ville province de Kinshasa, Sylvano Kasongo, a suspendu toutes les activités académiques à l’Unikin pour raison de ces troubles. Une affaire à suivre.

Lukat / CONGOACTU