A La Une

Conflit Teke-Yaka : 57 présumés auteurs des massacres dans l’ex-Bandundu arrêtés

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont arrêté 57 présumés auteurs des massacres de 180 personnes dans des violences meurtrières entre deux communautés de deux provinces voisines de Kinshasa, a-t-on appris dimanche du gouvernement provincial du Kwilu.

Selon le secrétaire général du gouvernement provincial de Kwilu, Me Muma, ces assaillants, munis de calibres 12 et d’armes blanches, venus de Kwamouth (Mai-Ndombe) passant par le village Pangulu, ont été appréhendés à Kimpama dans le territoire de Bagata.

« Ce sont des jeunes non autrement identifiés, qui commettent des forfaits et s’enfuient se cacher dans la forêt avant d’envisager d’autres coups », a indiqué Me Muma.

A l’heure actuelle, la situation est sous contrôle des forces déployées par les autorités centrales, a-t-il déclaré.

«Nous disons coup de chapeau à nos vaillants éléments des FARDC qui ont mis la main sur ces malfrats. Ce n’est plus un secret, ce conflit est instrumentalisé. L’armée nationale a trouvé des calibres, des machettes, couteaux, allumettes et autres armes blanches entre leurs mains », a déclaré de son côté l’administrateur du territoire de Bagata, Joseph Mankoto.

Il a exhorté la population à la vigilance, invitant la justice à faire son travail pour que ces assaillants soient jugés et  condamnés afin de ne pas laisser place à l’impunité.

Jusque-là, les autorités n’ont pas indiqué l’instance judiciaire qui va s’occuper de cette affaire.

Le conflit Teke-Yaka dans le territoire de Kwamouth, à l’entrée de Kinshasa, mégapole de plus de 10 millions d’habitants, a fait plus de « 180 morts », selon le gouvernement, avant de s’étendre dans la province voisine du Kwilu où des violences sont aussi enregistrées, notamment dans le territoire de Bagata où 17 personnes ont été tuées dans le village Kinsele, situé sur la RN 17 entre la localité Mongata et la Ville de Bandundu.

Depuis près de 30 ans, l’armée congolaise combats des groupes armés responsables des violences meurtrières similaires dans la partie orientale du pays.

Le ministre de la Défense Gilbert Kabanda a rassuré le gouvernement que « la situation sous contrôle des forces de défense et de sécurité dans le territoire de Kwamouth en province du Mai- Ndombe », a rapporté le ministre de la Communication et Médias Patrick Muyaya.

Redaction

Recent Posts

Agression de l’Est : des congolais rebelles se désolidarisent du M23 , crée le M23 rénové faute de partager inéquitable des avantages

Un nouveau mouvement vient de voir le jour en République Démocratique du Congo particulièrement dans…

1 jour ago

Kasaï central : La Dynamique Kasaï central en Marche (DYKACM) apporte son soutien aux notables et dignitaires en séjour à Kinshasa

Le coordonnateur de la structure Dynamique Kasaï central en Marche DYKACM en sigle, Emmanuel Kabengele…

1 jour ago

Politique : Manque de respect à ses compagnons de lutte, Elisabeth ESAKA Ekanga, quitte SESANGA

Un nouveau cas de démission au sein du parti politique Envol de la RD Congo,…

1 jour ago

Kasaï central : Première rencontre entre les députés provinciaux de AFDC-A et le comité directeur de ce parti en province

C'est mercredi 21 février 2024, une réunion a eu lieu au bureau du parti politique…

1 jour ago

Kasaï central : cooptation de chefs coutumiers à l’assemblée provinciale, Rémy Buanoko dénonce les irrégularités de ces opérations à Luiza

Le Sénateur, élu du Kasai central et ressortissant du territoire de Luiza, Rémy Buanoko Kalombo…

2 jours ago

Guerre à l’Est : la France appelle toutes les parties à contribuer à la désescalade et à tout faire pour maîtriser les tensions

Au cours du conseil de sécurité des nations, de ce mardi 20 février 2024, Nicolas…

2 jours ago

This website uses cookies.