Affaire VLISCO : Monique Gieskes va réclamer son salaire de février 2020

Fb Img 1584701431321
Fb Img 1584701431321

La représentation de la multinationale VLISCO en République Démocratique du Congo, serait déjà en train de marcher sur les œufs sans les casser ? L’imprudence qu’elle démontre dans l’affaire qui l’oppose à Monique Gieskes, sa gérante, lui fait perdre déjà toute sa noble réputation. N’ayant pas réussi à empêcher l’exécution du jugement du tribunal de commerce autorisant l’installation de la Gérante Monique Gieskes, limogée illégalement et arbitrairement, VLISCO Sarl a obtenu un arrêt de la cour d’appel vidé de toute sa substance.

En effet, c’est en date du 7 févier que Monique a obtenu l’annulation du procès-verbal de l’assemblée générale tenue les 20,21 et Août 2019 à son absence. Le tribunal du commerce qui enjoint à son jugement le rétablissement de Monique Gieskes dans ses fonctions, l’avait installé le 11 février dans ses bureaux. Un jugement exécutoire sur minute nonobstant tout appel a été constaté devant les huissiers de justice ayant reçu mandat. Voilà pourquoi le dossier en appel introduit par les avocats qui se réclament n’aura jamais eu effets comme ils les attendaient.

Il a fallu attendre plus d’un mois pour finalement récolter du vent, si pas un vide. Tout simplement, la cause pour laquelle l’appel a été demandé : installation de Monique, avait déjà eu lieu. Quand bien même l’appel pouvait intervenir avant l’installation, mais il n’annule pas la décision exécutoire du tribunal de commerce.

Cet appel de VLISCO de défense à exécuter l’installation de sa gérante Mme Gieskes, ne touche pas le fond du jugement du tribunal de commerce : annulation du procès-verbal d’une assemblée générale irrégulière. Cela conforte Monique a exigé cependant son salaire de mois de février pour y avoir travaillé. Outre un compte final qui pèsera lourdement sur la trésorerie de cette multinationale aux abois depuis la fin de l’année 2019, dans lequel sera associé désormais un mois de bonus sans compter les dommages et intérêts, Vlisco Congo entrevoit volontairement fermer ses portes d’ici la fin de cette saga judiciaire.

Le rendu de la cour d’appel ordonne la défense à exécuter mais n’annule pas non plus le jugement. Elle a recouvré ses fonctions. Le jugement ne règle. Un mois de salaire supplémentaires avec un décompte final. Les actes que les avocats posent sont des actes qui sont en infraction. Les actes de violation des droits congolais. Actes irréguliers. Ils sont en rébellion contre la loi. Les agents et les dirigeants de VLISCO.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Previous Article

La Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques de courte portée

Next Article

Michael R. Bloomberg intensifie la lutte contre la pandémie mondiale de coronavirus

Related Posts
Total
0
Share